ANGIE

INSTAGRAM
FACEBOOK
PRESS KIT

Beaucoup l’ont découvert sur petit écran, et pourtant, c’est sur scène que se trouve la vocation d’Angie. À 20 ans seulement, elle a déjà imposé son timbre reconnaissable entre mille, et une riche culture musicale, des Beatles à AC/DC. Sa sincérité, aussi, brute et fédératrice. « Mon portable sonne / J’vois pas qui c’est / Mon écran est trop fissuré et j’lai peut être fait exprès / Comme Parkinson, j’me vois trembler et m’faire défoncer par toutes mes pensées, mes angoisses crient comme des damnées »…  

 Ce qui surprend de prime abord, c’est la maturité de ses textes. Inscrit dans leur temps, ils témoignent de la drôle d’enfance d’Angie. Sa scolarité, elle l’a faite par correspondance : si sa famille est basée à Lyon, les déplacements paternels étaient trop fréquents pour s’inscrire durablement dans une école. Entourée d’adultes, la petite fille passe beaucoup de temps à rêver dans sa chambre, lire, se construire un univers intérieur très riche… et à écouter la musique de son cousin : Sun 41, Nirvana, Green Day, les Red Hot Chili Peppers. En parallèle de ce rock qu’elle se passe en boucle, il y a les grandes réunions familiales où l’on chante et on joue de la guitare – instrument qu’apprend Angie dès ses six ans. Ses grands-parents tenaient le célèbre cirque Robba, et persiste cette mentalité d’être toujours ensemble, de se rassembler autour de la danse et des chansons.  

Chansons qu’Angie incarne dès qu’elle est en mesure de parler, à la demande de tous. Sa voix cristalline s’impose très tôt mais elle est timide. Elle fredonne dans sa chambre jusqu’au jour où son père l’entend par hasard et lui demande de recommencer devant lui. C’est le bon moment : un concours de chant est organisé dans la région. D’abord réticente, Angie se laisse convaincre. Si le stress l’empêche d’aligner ses accords comme d’habitude, le jury est séduit et imagine pour elle un prix « coup de cœur ». Angie a 14 ans mais a compris que son destin se trouvait dans la musique. Elle prend des cours de chant, rencontre son futur manager, travaille ses compositions, passe d’autres concours, écrit davantage. L’une de ses premières compositions, « Freaking Day », se retrouve à la radio. Suite à ce début de reconnaissance, elle part faire quelques sessions d’écriture à Londres. Sa culture anglo-saxonne, elle doit la préserver tout en creusant la force de la langue française. Dont acte. Après une pause d’un an consacrée au casting et au tournage d’un télé-crochet où elle a expérimenté la compétition, la solitude et la déception, elle écrit « Personne viendra ce soir ». Un titre fort qui annonce la suite. Aujourd’hui, elle travaille sur un premier album, dont elle maîtrise de A à Z la confection.  

« Apollinaire et mort et moi, je n’ai pas sommeil », chante-t-elle. Et Angie a des choses à dire, des questionnements à partager. Lectrice de Proust, Patti Smith ou Charles Bukowskicelle qui a appréhendé la nature humaine grâce aux romans de Jane Austen cultive un vocabulaire à la fois réaliste et imagé, immédiat et poétique. Côté sonore, la pop est hybride, imaginée à la guitare avant de bénéficier d’arrangements synthétiques. L’âme doit compter, toujours. Ses références ? Billie EilishColdplay, Ed Sheeran, Bon IverPassenger. Un terreau rock, des ambiances électroniques, une sincérité indéniable. Dans les chansons d’Angie, on retrouve souvent des références aux constellations et aux planètes, que ce soit dans « Portable sonne », « Hasard » ou « Jupiter ». Le cosmos fascine la chanteuse depuis toute petite, elle qui a toujours été portée par ce qu’il y avait de plus grand autour d’elle. À 20 ans, Angie tutoie déjà les étoiles. À nous de la suivre, haut. Très haut. 

ANGIE HASARD

FREDZ • E-47 RECORDS
ÉCOUTER/TÉLÉCHARGER
DECOUVRIR PLUS DE VIDEOS